Faire la sieste en accouchant, c’est possible?

Pendant l’accouchement, le corps sécrète plusieurs hormones importantes. On parle souvent de l’ocytocine et des endorphines mais on oublie souvent de nommer la mélatonine! Cette hormone en charge de notre sommeil vient faire son apparition pendant la période du travail actif de l’accouchement.

Mais pourquoi notre corps tente-t-il de nous endormir quand tous les livres nous disent de bouger, de marcher et de danser??

Simplement parce que votre corps à besoin de prendre des pauses. Sans la péridurale, c’est impossible de penser faire une sieste d’une heure sans interruption lorsqu’on traverse de grosses contractions. Par contre, la sieste entrecoupée est possible.

Entre les contractions, ce n’est pas rare de fermer les yeux et de s’endormir quelques minutes. Même si vous ne dormez pas en continu, votre corps prend ce moment pour se reposer. Après environ 30 minutes de sommeil entrecoupé de contractions, on observe souvent le retour de l’énergie et de la motivation à bouger.

L’idée, c’est de trouver une position dans laquelle la sieste est possible et sécuritaire.

Comment faire?

Dans cette photo gentiment offerte par nos clients, vous pouvez observer les deux parents bien fatigués, prendre une pause méritée. La mère est sur son ballon, ce qui lui permet de garder une mobilité au niveau du bassin. Elle peut ainsi bouger avec ses sensations quand la contraction arrive. Le père reste proche d’elle, sur une chaise. Il se repose aussi et ne reste pas loin pour lui offrir du support pendant les contractions.

sieste pendant l'accouchement

En comprenant comment un lit d’hôpital fonctionne, on remarque qu’il est composé de trois morceaux : le dossier, le milieu et le pied du lit. Le pied du lit est amovible et on peut l’enlever au besoin. C’est ce qui est fait dans cette photo. Cela permet à la mère de pouvoir avancer ses jambes presque sous le lit sans que la structure métallique ne cogne contre ses genoux. Ils ont aussi écarté les tiges de métal qui tiennent les étriers. C’est sur quoi le père a déposé son bras.

N’hésitez pas à demander à votre infirmièr.e d’enlever le bas du lit si vous avez besoin de l’espace. Ensuite, il suffit de monter le lit à la bonne hauteur et de mettre des oreillers sur le lit pour s’y déposer confortablement. Entre les contractions, vous pouvez maintenant vous reposer tout en respectant la physiologie de l’accouchement!

Le pouvoir de l’eau chaude

Si vous avez envie de prendre un bain pendant le travail, ça peut être un très bon endroit pour faire une sieste. La majorité des centres hospitaliers et des maisons de naissance vous donne accès à un bain. L’eau chaude aide à diminuer l’intensité des contractions et ça soulage beaucoup.

Vous aurez peut-être envie de garder les yeux fermés entre les contractions. Vous pouvez toujours vous coucher sur le côté ou sur le dos. Mettez quelques serviettes sous votre cou pour le confort. La position allongée n’est pas contre la physiologie puisque dans l’eau la gravité ne travaille pas de la même façon. Le relâchement de votre corps grâce à l’eau chaude aide autant, sinon plus.

Parce qu’une partie de votre corps reste à l’extérieur de l’eau, prenez une serviette supplémentaire avec vous dans l’eau. Mouillez-la d’eau chaude et étendez-la sur la partie de votre corps qui reste à l’extérieur de l’eau. Votre partenaire ou votre doula pourra la réchauffer à chaque 3-4 contraction pour que vous ne perdiez pas de chaleur.

La cerise sur le sundae

Que vous soyez dans la chambre ou dans le bain, vous pourrez maintenant faire la sieste. Le secret pour une sieste efficace? Fermez les lumières et les rideaux. Mettez de la musique ou écoutez une méditation guidée. Allumez le diffuseur d’huiles essentielles et plongez dans votre bulle.

Vous pouvez aussi demander à votre équipe de naissance de ne pas vous déranger pendant les prochaines minutes. Vous pourrez ainsi respecter les besoins de votre corps et recharger vos batteries pour la suite.

Bon dodo et bon accouchement!