Une semaine dans la vie d’une doula

Que diriez-vous d’en savoir un peu plus sur ce qu’il se passe dans la vie, souvent bien active, d’une doula? Vous allez voir que certaines journées peuvent-être bien intenses.

Je suis Ysaline, une des doulas de l’équipe des premiers moments depuis bientôt deux ans. Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas encore,  je suis aussi assistante natale dans une maison de naissance à Montréal.  Maison dans laquelle j’effectue des gardes de 24h pour assister les sages-femmes lors des accouchements ainsi qu’en post-natal. Mes deux jobs se combinent bien et remplissent bien assez mes semaines.  

Vous-êtes prêt? Allez go on plonge ensemble…

JOUR 1 : Lundi

8H : Ma semaine commence bien; un passage au garage pour mon auto. Heureusement, j’ai une voiture de remplacement car j’ai une semaine bien chargée et sans véhicule, il m’est très difficile de me rendre efficacement chez mes clients aux quatre coins de Montréal. Aujourd’hui je ne suis pas de garde mais, faisant partie de l’équipe régulière, je dois effectuer quelques tâches pour le bon fonctionnement journalier de la maison de naissance.  

En avant midi, je reçois un message de Jessica, notre nouvelle agente administrative, pour savoir si j’ai de la disponibilité pour un cours prénatal courant du mois de novembre avec possibilité de relevailles par la suite. C’est un oui pour moi! Jessica nous met en contact par courriel, j’attends la réponse des futurs parents. 

JOUR 2 : Mardi

9h : Ce matin j’ai des relevailles dans l’est de Montréal. Je rencontre un couple qui vient de connaître la joie d’accueillir un petit garçon qui a aujourd’hui deux semaines. Ils ont contacté ‘Les premiers moments il y a un mois et demi afin de s’informer sur l’intérêt et les modalités des relevailles de jour. Nous avions organisé une rencontre d’approche virtuelle pour discuter de leur parcours, de leurs besoins et souhaits lorsque leur bébé pointerait le bout de son nez. Lors de mon arrivée, bien que je les connaissais déjà un peu, je souhaitais prendre un temps de partage pour les laisser me raconter l’accouchement et les premiers jours à la maison à trois.

Nous convenons qu’aujourd’hui les parents iront se reposer. Bébé dort dans mes bras et se réveille vers 10h00 pour téter. J’emmène bébé à sa maman et reste proche pour l’aider au besoin. Souvent, les parents profitent de ces moments pour me poser des questions. Ce matin, je rassure la maman sur sa capacité à allaiter malgré une chirurgie aux seins. Elle s’inquiète de ne pas quantifier ce que son bébé boit, et je la comprends parfaitement. Je la rassure car, selon ses dires, bébé prend du poids. Après la tétée, je lui apprends comment exprimer manuellement son lait afin de lui démontrer qu’avec la simple technique de ses mains, elle est capable de faire sortir très facilement du lait, même si un nouveau-né a plus de force et est plus efficace. Ma cliente rigole et est rassurée!  Pendant tout le temps restant des relevailles, bébé dort sur moi installé dans l’écharpe de portage

Il est 13h. J’emmaillote le petit bonhomme, le dépose dans sa bassinet dans la chambre avec ses parents et je quitte la nouvelle famille.

Je rentre chez moi, je prends une douche et me change avant de faire mon épicerie et continuer mes tâches hebdomadaires à la maison de naissance jusqu’à 16h. Je suis de garde ce soir avec les sages-femmes.

20h : Une naissance a eu lieu à la maison de naissance en fin d’après-midi.  Je relève ma collègue qui y est restée toute la journée et je passe la nuit avec la nouvelle famille et prends le temps de les aider avec l’allaitement. Le restant de la nuit est calme.

JOURS 3 : Mercredi

6H45 : Je prépare un petit déjeuner copieux pour la famille restée cette nuit.

8H : Ma collègue prend la relève pour la matinée. Je peux prendre ma douche et continuer ma journée de tâches hebdomadaires avant la réunion d’équipe en après-midi.

Il est 16h, je rentre chez moi. Je mange un petit quelque chose et prépare mes affaires car dans moins d’une heure, j’enseigne un cours prénatal privé

Je vérifie mon cellulaire; j’ai un texto de Jessica me demandant mes disponibilités pour des relevailles de nuit à Montréal dans les prochaines semaines. Je la rappelle afin d’avoir un peu plus d’informations et pour avoir le plaisir de jaser un peu ensemble. Après la mise en contact avec les parents par courriel, je prendrai le temps de les appeler afin de réserver les nuits de relevailles. C’est la meilleure façon pour moi d’assurer ma présence auprès d’eux. 

17h : Ça y est; c’est le premier cours prénatal sur les trois que j’enseigne à ce couple de Montréal. Pour des raisons de sécurité, nous avons décidé de prendre l’option en virtuel et c’est dans la bonne humeur que nous entamons le cours. Nous commençons par nous présenter, puis nous entamons les différents sujets et les exercices de la soirée.

19h45 : Le cours est terminé, je vais m’allonger et me reposer une petite heure avant d’attaquer une nuit de relevailles.

21h15: Mon alarme sonne. Je prends une douche, enfile ma tenue spéciale « relevailles de nuit » (à savoir une tenue confortable, chaude et douce quand bébé est sur moi). J’avale une soupe, prépare une tisane et rassemble mes affaires.

Il est 21h40, je m’en vais pour une nuit avec une famille que je connais bien. Est-ce que j’ai mon masque? Ouf, oui! Il m’en reste un dans mon sac! Je reçois un texto de ma cliente, me prévenant que bébé s’est endormi dans son lit et qu’ils vont se coucher, la porte d’entrée est débarrée je peux entrer et refermer derrière moi. 

22h : J’arrive chez la famille, j’enfile mon masque. Il fait silence, tout le monde dort. Je passe dans la salle de bain me laver les mains puis je m’installe confortablement dans le petit fauteuil dans la chambre de bébé. Bébé est nourri au biberon, ils sont tous prêts dans le frigo, je n’ai qu’à les réchauffer dès que j’entends bébé manifester les premiers signes de faim. La nuit se déroule très calmement avec trois biberons au total.

JOUR 4 : Jeudi

Il est 6h30 : Je laisse un petit mot explicatif aux parents concernant le déroulement de la nuit avec bébé. Trois Biberons, deux couches changées et une nuit très calme pour le reste. Je m’éclipse et rentre chez moi, prends une douche, change de vêtements. Ma nuit a été bien correcte et j’ai pu me reposer entre les boires de bébé, je me donne deux petites heures de sieste pour commencer ma journée.

9h30 : Aujourd’hui est une journée un peu particulière car ce sont mes dernières relevailles avec une famille de jumelles. Voilà presque 6 mois que je ne les ai pas revues, car je n’ai pas eu la chance de pouvoir aider cette famille durant la première vague de la pandémie. C’est un couple que j’ai rencontré début 2020 et qui souhaitait un soutien régulier de jour à la maison pour leurs petites jumelles de 3 mois. La maman allaitait exclusivement ses deux bébés mais souhaitait prendre un peu de temps pour elle et pour se reposer pendant que le papa travaillait. La pandémie est venue bouleverser les plans de chacun et nous voilà pour notre dernière rencontre. Les deux petites sont réveillées et en pleine découverte sur le tapis d’éveil lorsque je franchis la porte, vont-elles me reconnaître? Je découvre deux petites bouilles intriguées, qui cherchent leur maman du regard, puis me regardent à nouveau. Je dois communiquer beaucoup plus avec le non verbal depuis le port du masque et transmettre mon sourire par mes yeux et rassurer au maximum par ma voix. Pas facile comme exercice avec deux bébés proches du stade de l’angoisse de séparation et pour lesquels l’interaction avec des inconnus se fait à tâtons. Évidemment, leur maman reste proche et les rassure. Il ne nous a pas fallu beaucoup de temps avant que je sois adoptée et qu’elles acceptent de jouer à trois. Les jumelles se frottent les yeux, il est l’heure de la sieste d’avant midi, nous les mettons au lit et commençons la routine du coucher par une ronde de »bye bye » des toutous, suivie d’une histoire et d’une musique. C’est au tour de ma cliente d’aller s’allonger. J’en profite pour ranger le salon, lancer une brassée, faire la vaisselle et passer le ballet. Il fait silencieux dans la maisonnée. Je n’aurai pas beaucoup profité de la présence des jumelles car le bloc de relevailles touche à sa fin. Comme convenu, je quitte la famille sans réveiller la maman et laisse un petit mot sur la table pour un bref résumé de la sieste. Je quitte la petite famille sur la pointe des pieds.

Mon après-midi est plutôt calme. Je rentre chez moi et entame ma routine Covid, à savoir : me laver les mains, désinfecter mes affaires (cellulaires, et autres matériels que j’ai pu toucher), me doucher, mettre mes vêtements de relevailles dans la laveuse, et préparer d’autres affaires. 

Il me semble loin le temps où je pouvais aider jusqu’à trois familles en une seule et même journée…. Malheureusement,  la situation actuelle de pandémie me met dans une position inconfortable face à ce genre d’horaire. Alors je positive et je préfère rester tranquille pour le reste de la journée car je commence ma garde à la maison de naissance ce soir à 20h00.

JOUR 5 : vendredi

Bon matin! Il est 8h, ma nuit a été calme, je n’ai pas été appelée cette nuit, ouf une nuit complète! Ça fait du bien. Je prends un petit déjeuner vitaminé, j’attrape mon écharpe de portage et je me mets en route vers des relevailles de 4 heures pour la même famille que mardi.

9h : J’arrive chez les parents, la maman dort encore, c’est son mari qui m’ouvre la porte. Il doit travailler aujourd’hui et me demande si je peux donner le bain au bébé si j’en ai le temps. Bébé dort encore et sa maman a tiré son lait durant la nuit afin que je donne le biberon en matinée au besoin et ainsi la laisser dormir. Je reste seule avec bébé qui dort proche de moi dans le salon. Il se réveille sans montrer de signe de faim alors j’en profite pour préparer toutes les affaires nécessaires dans la salle de bain : vêtements propres, couche, 3 serviettes, savons, petit bain etc. Je fais couler l’eau et déshabille le petit bonhomme qui semble bien attentif et éveillé. Je vérifie la température de l’eau et plonge d’abord les pieds et le siège de bébé dans l’eau avant de le mettre entièrement dedans. Il semble aimer cela, alors je l’immerge complètement en prenant bien soin de laisser son nez et sa bouche hors de l’eau. En faisant des petits mouvements d’avant en arrière, je le berce doucement avant de le savonner de la tête aux pieds et de le rincer avec le pommeau de douche.

J’aimerais bien prolonger ce moment de douceur mais l’eau commence à refroidir. Bébé montre des signes de faim, je me dépêche donc pour le sécher, l’habiller et réchauffer au chauffe biberon le prochain boire du petit bonhomme! Hop! 60 ml avalés en moins de deux, puis bébé s’endort pour le restant des relevailles. Le papa profite du fait que tout le monde soit calme pour me demander de lui montrer comment utiliser l’écharpe de portage. Je lui montre les étapes pour un nœud de base et lui promets de le faire avec lui la semaine prochaine directement avec bébé sur lui.

Je me dépêche car, cet après-midi, il y a le staff meeting de l’équipe Les Premiers Moments*. Rendez-vous au parc pour se retrouver toutes ensemble sous le soleil. Présentation des nouvelles doulas de l’équipe, mise à jour des dossiers, nouveautés dans l’entreprise etc. J’adore nos rencontres car c’est toujours un beau moment d’échanges et c’est juste le fun de se retrouver entre collègues et amies pour les plus anciennes.

18h : J’enseigne des cours prénataux à un autre couple ce soir. Je quitte mon équipe pour rencontrer ce nouveau couple qui cherche à s’informer pour accueillir leur bébé de façon sereine. Lors de mon arrivée je mets mon masque, me lave les mains et je prends soin de m’installer à 2 mètres de distance des parents le plus possible. Cette rencontre est très stimulante car ils ont tous les deux beaucoup de questions et d’attentes de nos échanges.

Il est 20h 30 : j’ai fini mon cours , je quitte les parents pour rejoindre mon équipe et finir notre 5@7 au bureau en prenant bien soin de faire attention aux mesures de sécurité sanitaire. Imaginez plusieurs doulas qui ne se sont pas vues depuis le début de l’année, elles en ont des choses à se raconter!

Je suis à nouveau de garde ce soir, je ne vais pas rester trop tard car je suis fatiguée de ma semaine et je sens que je vais être appelée cette nuit (parfois on sent les choses sans trop savoir pourquoi).

 JOUR 6 : samedi

Bon matin! Il est 8h et une nuit bien chargée se termine. Hier soir, j’ai été appelée pour un accouchement à domicile à 21h58 qui s’est un peu éternisé jusqu’au petit matin. Après un petit crochet à la maison de naissance pour déposer tout le matériel des sages-femmes et de l’accouchement, je rentre chez moi pour profiter de mon samedi.  

JOURS 7 : dimanche

Aujourd’hui c’est repos pour moi, finalement. 

En espérant que ce résumé de ma semaine vous donne une meilleure idée de ce que les doulas font! Avec les gardes de la maison de naissance, j’ai décidé de ne plus prendre de garde en accompagnement de plus, mais comme vous le voyez, mon horaire de préparation prénatale et de soutien postnatal est toujours plein.

Ysaline Bollie
Doula et naturopathe périnatale

*Cette journée a eu lieu en septembre, quand les rassemblements extérieurs étaient légaux.